Tribune

Écouter et rendre compte

Tribune publiée dans le dammartinfos de septembre 2019

La moitié de la dernière année de ce mandat est maintenant passée. Un mandat riche en dissensions, ruptures et démissions au sein de la majorité mais pauvre en réalisations, en projets, et en vision d'avenir partagée pour notre ville et notre territoire. Alors que le maire et les rescapés de son équipe poursuivent la bétonisation à marche forcée du centre-ville et que la population a augmenté de presque 50 % le nombre d'équipements publics a stagné voire diminué (Fermeture de la salle Louis-Lumière, fermeture de la salle LCR à proximité du Dojo Marie-Claire-Restoux, fermeture du centre de loisirs à la Villa de Gesvres, fermeture du gymnase Maurice-Lerozier…). Les élus de l'opposition se sont souvent exprimés en Conseil municipal sur les choix de la majorité sans être entendus. Nous avons été mis face à des décisions à prendre sans préparation préalable en commission. L’abandon de la construction de la salle de spectacle et de cinéma, et de l’espace commercial, à côté de l’école Henri-Dunant pour y construire un lotissement de 33 maisons individuelles restera une faute grave indélébile de ce mandat et de l’histoire de notre ville.

A votre écoute tout au long de ce mandat, nous vous avons tenus informés du déroulé de celui-ci par nos publications régulières qui ont été distribuées dans vos boîtes aux lettres, par notre page Facebook (Ensemble pour Dammartin-en-Goële), par notre site internet, et par notre présence sur le terrain. Rendre compte de notre action et exprimer notre point de vue d'élus des Dammartinoises et des Dammartinois est la dernière action que nous pouvons réaliser avant de passer le relais après l’élection municipale des 15 et 22 mars 2020.

Vous serez informés dans les prochains jours de la réunion publique de fin de mandat que nous organisons.

Stéphane JABUT - Norbert HERRERA - Brigitte BAGUIER - Fabrice KHELLAFI - Romain LEGRAS - Rafika KALLÈCHE

Groupe de l’opposition « Agir ensemble pour notre ville »

 

Tags: 

L’heure du bilan a sonné

Tribune publiée dans le dammartinfos de juin 2019

A quelques mois de l’élection municipale, le maire et les rescapés de son équipe sont en plein naufrage ! Les démissions s’enchaînent, les perquisitions et les enquêtes vont bon train, la bétonisation du centre-ville est en marche, les écoles sont abandonnées, une partie de l’administration est en souffrance, et les finances de la commune sont au plus mal depuis deux ans.

Le maire-adjoint chargé des finances a préféré démissionner de sa délégation que défendre le budget 2019 lors du Conseil municipal, suite à une allocution à charge reprenant la plupart de nos critiques (bétonisation et urbanisation à outrance, gestion autocratique, opacité, improvisation, manque de vision…).

Après un excédent de fonctionnement catastrophique en 2017 de 163 580 €, celui de 2018 est quasiment aussi mauvais : 235 239 €. Il ne permet même pas de financer l’annuité des emprunts de 474 000 € malgré sa baisse grâce au report de la dette de notre ville jusqu’en 2035 ! Cet allongement de la durée de remboursement, certainement sous la pression des services de l’État, va nous coûter très cher. Pour mémoire, lors de notre dernier mandat entre 2008 et 2014, l’excédent moyen était de 800 000 €, toujours supérieur au montant de l’annuité de l’emprunt. L’excédent en 2013, notre dernière année en responsabilité, était de 1 167 025 € : cinq fois celui de 2018 ! Les chiffres sont consultables sur www.impots.gouv.fr rubrique des collectivités.

Nous avons voté contre ce dernier budget de la mandature. Un budget indigne d’une commune de plus de 10000 habitants à cause des mauvais résultats financiers et du manque de vision de l’équipe actuelle après cinq ans d’immobilisme et d’incompétence. Notre intervention lors du vote du budget est en ligne sur notre site www.ensemble-pour-dammartin.fr.

A quelques mois de l’élection municipale, la situation est grave et l’heure du bilan a sonné. Après la rentrée de septembre nous organiserons une réunion publique sur le bilan malheureusement désastreux de cette mandature.

Nous vous souhaitons un bel été et de bonnes vacances.

 

Tags: 

Chronique d’un naufrage annoncé

A moins d’un an de l’élection municipale, le maire et les rescapés de sa majorité sont en plein naufrage ! Après huit démissions depuis le début du mandat, dont le premier maire-adjoint, nous avons été stupéfaits au dernier Conseil municipal consacré principalement au vote du budget 2019 lorsque le maire-adjoint chargé des finances n’a même pas voulu présenter le budget, après avoir démissionné en direct de sa délégation, suite à une allocution à charge reprenant la plupart de nos critiques (bétonisation et urbanisation à outrance, gestion autocratique, opacité, improvisation, manque de vision…).

La dégradation des finances de la commune depuis deux ans doit également y être pour quelque chose. En effet, après un excédent de fonctionnement catastrophique en 2017 de 163 580 €, l’objectif fixé pour 2018 n’a pas été tenu. L’excédent 2018 est pratiquement aussi mauvais : 235 239 € ! Il ne permet même pas de rembourser l’annuité des emprunts de 474 000 € malgré, certainement sous la pression des services de l’État, sa baisse grâce à l’allongement de la dette de notre ville par un seul prêt de 17 ans jusqu’en 2035 qui va coûter très cher aux Dammartinois(e)s. Pour rappel, lors de notre dernier mandat entre 2008 et 2014, l’excédent moyen était de 800 000 €, et il était toujours supérieur au montant de l’annuité de l’emprunt. L’excédent en 2013, notre dernière année en responsabilité, était de 1 167 025 € : cinq fois le résultat de 2018 ! Les chiffres sont consultables sur www.impots.gouv.fr rubrique des collectivités.

Lors de ce Conseil municipal nous avons voté contre le dernier budget de cette mandature proposé par le maire : un budget indigne d’une commune de plus de 10000 habitants à cause des mauvais résultats financiers et du manque de vision de l’équipe actuelle. De l’enfumage et de la communication après cinq ans d’immobilisme et d’amateurisme, à un an de l’élection municipale ! Vous pouvez lire notre intervention sur notre site www.ensemble-pour-dammartin.fr.

 

Tags: 

Entretenir le patrimoine communal

CSC étayé 21.04.19.jpg

Tribune publiée dans le dammartinfos de mars 2019

Normalement l’objectif d’une majorité municipale est de réaliser des travaux d’entretien préventif dans les bâtiments communaux chaque année. Force est de constater que le maire et son équipe n’ont pas voulu, ou non pas pu réaliser assez de travaux dans les bâtiments communaux depuis le début de leur mandat, certainement contraints par les résultats financiers qui n’ont pas cessés de se dégrader à cause de l’explosion de la masse salariale de 1 315 807 €, soit + 29 %, de 2013 à 2017.

Cinq ans après avoir été élus, le maire et les rescapés de son équipe passent leurs journées à dénigrer leurs prédécesseurs pour ne pas avoir à se justifier de leur inaction et de leur incompétence ! La ficelle est trop grosse à un an de la fin de leur mandat. Non seulement les prédécesseurs ont entretenu le patrimoine communal mais la plupart des équipements publics en service ont été construits les trente dernières années.

Tags: 

Logistique à tout prix !

Tribune publiée dans le dammartinfos de janvier 2019

Parc-logistique-Gazeley-12.02.19.pngNous avons découvert fin 2015 dans la presse que la société Gazeley souhaitait développer un parc logistique de 73000 m² à Dammartin suite à l'acquisition des 15,7 hectares prévus pour l’agrandissement de la zone d’activités des près boucher.

Cette zone a été lancée il y a bien longtemps quand il n’y avait aucune péréquation des retombées économiques de la zone aéroportuaire et que toutes les communes avoisinantes développaient des zones d’activités pour générer des nouvelles recettes fiscales et créer des emplois. Le périmètre actuel de la Communauté d’agglomération que nous avons porté, alors que le maire actuel s’y opposait, permet aujourd’hui à notre ville de bénéficier du développement économique de la zone aéroportuaire grâce à une dotation de solidarité communautaire. Ce nouveau contexte aurait dû être l’occasion de revoir l’aménagement de notre territoire afin d’éviter la multiplication et le mitage des zones logistiques. Que nenni ! Le maire qui était contre la logistique par démagogie et électoralisme quand il était dans l’opposition a signé un premier permis de construire pour un bâtiment de logistique de 24000 m² ! Les travaux ont débuté… Il n’y aura aucune création d’emplois locaux car c’est une entreprise de Mitry-Mory qui vient s’installer, mais surtout le permis autorise deux entrées pour ce bâtiment sur la route d’Ève alors que nous avions prévu toutes les entrées de cette nouvelle zone sur une route en prolongement de la rue Clément Ader après la construction d’un second rond-point à la sortie de la N2 pour éviter que les camions circulent sur la CD 13.

Parc-logistique-Gazeley-12.02.19 3.png

Quant à la participation financière pour la réhabilitation de la rue Clément Ader et la limitation de la logistique à 20% de la surface exploitée que nous avions négociées avec l’ancien propriétaire du terrain : aucune information du maire. Une chose est sûre, nous n’aurions jamais autorisé ce premier permis de construire !

Je vous souhaite, avec les élu(e)s de l’opposition, mes meilleurs vœux pour l’année 2019.

 

Tags: 

Pôle de santé bien mal engagé

Tribune publiée dans le dammartinfos de novembre 2018

Pole-sante.pngNous avons lancé, lorsque nous étions en responsabilité, l’aménagement municipal d’une zone de services et de santé à côté du complexe sportif Jesse-Owens pour éviter le départ du radiologue, installer le notaire, créer des emplois, augmenter l’offre des médecins généralistes et des professionnels de santé, et garder une parcelle pour un équipement public.

En 2016, sans aucune étude financière sérieuse l’actuelle majorité a emprunté 3 671 000 euros sur 20 ans pour construire un pôle de santé pluridisciplinaire dans cette zone. Notre groupe avait voté contre cet emprunt et nous avions dénoncé la précipitation et le manque de préparation de ce projet. Deux ans après, les faits nous donnent raison. Le budget explose, le début des travaux est retardé, et pour le moment ce sont les Dammartinois(e)s qui payent !

Le maire a proposé lors du Conseil de septembre un nouveau budget d’investissement de 4 156 345,47 euros, soit environ 500 000 euros de plus qu’en 2016 avec seulement 800 000 euros de subventions. Pire encore, il a proposé, certainement sous la pression de nos créanciers et des mauvais résultats financiers de 2017, de restructurer la dette de ce budget au détriment de notre ville : allongement du prêt de 5 ans et augmentation du taux de 0.82 % à 1.93 %. Notre groupe a voté contre ces deux propositions d’autant plus que depuis 2016 190 096.28 euros ont été ponctionnés dans le budget principal pour payer les intérêts de la dette de ce budget annexe alors que les travaux n’ont même pas débuté. Et cela va perdurer puisque le pôle de santé ne pourra pas être ouvert avant fin 2019 et qu’il n’y aura donc aucune recette, aucun loyer pour équilibrer le budget annexe de fonctionnement 2019, et amortir le terrain.  

Ce pôle de santé est bien mal engagé. Il risque de nous coûter très cher et de ne pas atteindre l’un des objectifs que nous nous étions fixés lorsque nous avions lancé cette zone de services et de santé : augmenter l’offre des médecins généralistes et des professionnels de santé dans notre ville, qu’ils soient libéraux ou salariés !

Tags: 

Chronique d’une majorité en pleine déliquescence

Tribune publiée dans le dammartinfos de septembre 2018

Quatre ans après leur élection la majorité municipale est en pleine déliquescence ! Ils ne sont plus que 21 à siéger au Conseil municipal sur les 23 élus de la liste initiale de 29 (huit démissions et deux postes vacants). Lors du dernier Conseil du 28 juin ils n’étaient que 11 sur 21. Quatre élus n’avaient même pas donné de pouvoirs. Sans la présence de notre groupe le quorum n’était même pas atteint et le Conseil aurait pu ne pas avoir lieu ! Nous avons préféré siéger pour que le Conseil se déroule normalement et que les Dammartinois(e)s ne soient pas pénalisé(e)s par la désinvolture et le manque de sérieux du groupe majoritaire. Lors de ce Conseil, le maire a confirmé le départ précipité du D.G.S (Directeur Général des Services) alors qu’il était censé finir le mandat, et la motion contre la fermeture de la 8ème classe de l’école élémentaire de l’Eau Bonne n’était même pas prête alors que nous avions abordé le sujet quelques jours auparavant lors de la manifestation devant l’école.

Le départ prématuré du D.G.S en dit long sur les tensions et la gestion déplorable de notre ville. Les mauvais résultats financiers de 2017, les problèmes de management, la mauvaise gestion des ressources humaines et le manque de vision engendrent une démotivation et un mécontentement de certains agents. Ils ne sont pas à incriminer… Comment pourrait-il en être autrement lorsque sur la période estivale l’improvisation, les annulations et le manque de moyens humains et financiers impactent leur travail (Peu de moyens pour Dammartin en fête, la propreté, la voirie et les espaces verts, plus de barbecue participatif et de projection de film en plein air, pas de retransmissions des matchs de l’équipe de France de football lors du mondial, pas de voyages organisés pour les familles au Centre Social et Culturel…). Au lieu de dénigrer sans cesse l’opposition et l’équipe précédente, l’actuelle majorité devrait plutôt agir pour notre ville. Les agents font ce qu’ils peuvent mais force est de constater que le cadre de vie, le scolaire, la jeunesse, les familles, le sport et la culture ne sont pas les priorités du Maire et du groupe majoritaire…

 

MANQUE DE STATIONNEMENT

Tribune publiée dans le dammartinfos de juillet 2018

La majorité municipale a fait le choix d’un centre-ville surdensifié à marche forcée sans se préoccuper des conséquences pour les habitant(e)s, notamment en matière scolaire, de stationnement et de circulation. La construction de plus de 300 logements est lancée ou en instance de l’être dont au moins 200 logements sociaux. Non seulement l’école de l’Eau Bonne va être saturée et la carte scolaire déséquilibrée, mais les difficultés de stationnement et de circulation vont se multiplier au fur et à mesure des constructions rue des Oulches, rue Victor Offroy, ainsi qu’en centre-ville.

En effet, contrairement aux obligations du Plan Local d’Urbanisme (P.L.U) adopté lorsque nous étions en responsabilité, qui impose pour les logements en accession à la propriété au minimum 2 places de parking à partir d’un logement de 2 pièces et 10 % de places pour les visiteurs, la loi permet de construire une seule place de parking par logement social pour pouvoir réduire les coûts de construction. Ce sont donc plus de 200 voitures qui vont se retrouver dans les rues du centre-ville alors que les conditions de stationnement sont déjà difficiles !

Le maire n’a aucune politique d’optimisation du stationnement. Il a même déclassé un emplacement réservé du P.L.U ruelle des Filoirs qui aurait permis de construire quelques places de parking supplémentaires sans rien obtenir en compensation du promoteur. Heureusement pour les Dammartinois(e)s, il ne respecte pas l’un de ses rares engagements de campagne qui était la fermeture du parking de l’esplanade du Château. Ce parking provisoire ouvert par notre équipe est très utile aux habitant(e)s et aux client(e)s des commerces du centre-ville. Nous avions prévu de le paysager lors de ce mandat. Espérons que la raison l’emportera et que le maire abandonnera définitivement cette promesse irrationnelle et délirante de fermer ce parking. La majorité municipale manque non seulement de vision, mais aussi et surtout terriblement de bon sens, et ce sont les Dammartinois(e)s qui en subissent jour après jour les conséquences.

Nous vous souhaitons un bel été et de bonnes vacances.

Tags: 

Finances : la situation est grave

Tribune publiée dans le dammartinfos de mai 2018

Notre groupe a voté contre le budget 2018. Un budget indigne d’une ville de plus de 10 000 habitants à cause du résultat de fonctionnement désastreux de 2017 (210 281 euros).

La situation est grave. Le Maire a dû être réprimandé par la sous-préfecture pour qu’il s’attaque enfin à la réduction des dépenses de fonctionnement après quatre années de laisser-aller et de gestion qualifiée « à la petite semaine » par son ancien premier Adjoint. Depuis 2014 le résultat de fonctionnement a été divisé par 6 parce que les charges à caractère général et de gestion ont augmenté de 706 575 euros (+20 %) et la masse salariale de 1 315 807 euros (+29 %). En 2013, lors de notre dernière année en responsabilité, le résultat de fonctionnement était de 1 167 025 euros !

La baisse cette année des budgets des fournitures scolaires, de la maintenance, de l’entretien des voiries, des réseaux et des bâtiments publics, de la subvention du Centre Communal d’Action Sociale et de l’aide aux associations est inacceptable.

Les investissements sont insuffisants et incohérents, et démontrent l’improvisation du Maire quant à la gestion des services municipaux. Après de nombreux déménagements le Maire et son équipe ont enfin décidé de fermer l’annexe du 103 de la rue du Général de Gaulle ouverte il y a deux ans. Cette installation inutile, que nous avions dénoncée, aura coûté au moins 400 000 euros d’argent public !

Après l’abandon de la salle de spectacle et de cinéma et de l’espace commercial, le Maire veut fermer la salle Louis-Lumière pour y installer des services municipaux alors qu’il y a d’autres solutions possibles en attendant la construction, reportée sine die par son équipe, de la nouvelle mairie prévue dans le parc de la Corbie. Nous avons demandé solennellement au Maire d’abandonner ce projet de fermer la salle Louis-lumière. Serons-nous entendus ?

Engagement et responsabilité

Tribune parue dans le Dammartinfos

Notre ville a subi début février un épisode neigeux qui a engendré de nombreuses difficultés dans les déplacements intra-muros pour les automobilistes et les piétons. La nature est plus forte que nous et la critique est facile, mais tout de même et sans démagogie, nous nous interrogeons sur le manque d’anticipation et de réactivité de la municipalité.

Enjeux d’avenir

Tribune publiée dans le Dammart'Infos de janvier 2018

Au moment d’écrire cette tribune, le président de la République ne s'est toujours pas exprimé sur l’avenir de la Métropole du Grand Paris et du métro automatique du Grand Paris Express.

L’État envisagerait de rattacher les quatre communes de Seine-et-Marne de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle à la Métropole du Grand Paris. C’est inacceptable ! Le Nord-Ouest Seine-et-Marnais a trop longtemps subi les nuisances de l’aéroport sans profiter des retombées économiques. Notre Communauté d’agglomération Roissy Pays de France nous permet enfin de peser dans le Grand Roissy et de bénéficier du développement économique de la plateforme aéroportuaire. Ce périmètre élargi, que le maire ne voulait pas lorsqu’il était dans l’opposition, a permis à notre ville d’obtenir en 2017 une dotation de solidarité communautaire de 428.453 euros et le financement de la moitié des travaux des façades de la mairie.

Arrachée également de haute lutte lorsque nous étions en responsabilité, la gare du Mesnil-Amelot du Grand Paris Express serait en danger pour des raisons budgétaires alors que le gouvernement vient d’accorder un prêt de 1,7 milliards d’euros au CDG Express, liaison ferroviaire directe entre l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle et Paris, qui devait être financé par le privé. C’est inacceptable !

Le périmètre de notre agglomération et la gare du Mesnil-Amelot sont des enjeux d’avenir majeurs pour notre ville. Malheureusement le maire et sa majorité sont inaudibles, inexistants, bien trop occupés par leurs tensions internes, leurs démissions et l’ouverture d’une enquête préliminaire par la brigade de gendarmerie de Meaux sur des transactions immobilières d’élus de leur équipe.

Vous pouvez compter sur mon implication et celle des élus de l’opposition pour défendre les intérêts de notre ville et de notre territoire. Je vous souhaite, avec les élus de l’opposition, mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Bétonisation et densification à outrance

Depuis quelques temps sans concertation et sans aucune explication les permis de construire prolifèrent dans le centre-ville. A ce jour selon nos informations plus de deux cents logements sont lancés (rue Victor Offroy, rue de la Saine Fontaine, avenue du Maréchal Leclerc, etc…). Cent logements sociaux sont prévus rue des Oulches et ruelle des Filoirs. Cette absurdité remet en cause la mixité et le développement harmonieux de notre ville, va engorger le cœur de ville et saturer l’école de l’Eau Bonne.

Tags: 

Rentrée précipitée non concertée

Cette rentrée pour notre ville est marquée par le choix précipité de M. Dutruge de revenir à la semaine de quatre jours dans les écoles. Malheureusement ce choix est dans la lignée de la politique menée depuis le début de sa mandature : l’intérêt des enfants n’est pas une priorité.

Dès son élection il a changé la durée des activités périscolaires décidée après des mois de concertation par notre équipe, passant à une fois trois heures au lieu de deux fois une heure et demie, à l’encontre de l’esprit de la réforme des rythmes scolaires. La qualité des activités périscolaires n’a jamais été à la hauteur des attentes des familles à cause du manque de moyens humains et financiers. Pour la quatrième année de suite les investissements dans les bâtiments scolaires sont insuffisants : 132400 € en 2017. D’après M. Dutruge qui s’appuierait sur un rapport que l’on a demandé depuis des semaines, les groupes scolaires du Verger de la Thuilerie et Henry-Dunant seraient « dangereux ». Élu sept ans dans l’opposition et né à Dammartin, s’il ne connait pas l’état des écoles c’est au mieux un manque d’implication, au pire un manque de compétence et de vision. Il n’y avait rien dans son programme contrairement à nous qui proposions d’agrandir les écoles de l’Eau Bonne et du Petit Prince et une étude prospective pour celle du Verger de la Thuilerie. Si les écoles sont réellement dangereuses pour les enfants, il devrait les fermer ! Rassurez-vous elles ne le sont pas. Elles manquent cruellement d’investissement depuis que M. Dutruge est en responsabilité et surtout M. Dutruge veut les raser pour justifier l’injustifiable : l’abandon définitif de la construction d’une salle de spectacle et de cinéma, la perte de 1 435 207 € de subvention de la région, de 257 452 € de subvention du département et les plus de 200 000 € dépensés pour le projet que nous avions prévu à côté de l’école Henry-Dunant avec un espace commercial. M. Dutruge a préféré y construire plus de trente pavillons…

Tags: 

Manque de souffle et de vision

Tribune publiée dans le Dammartinfos de juillet 2017

Notre groupe a voté contre le budget communal 2017 proposé par monsieur Dutruge. Pour les associations, après une baisse drastique de 20000 € en 2015, il manque encore 6000 € pour revenir au niveau de 2013 lorsque nous étions en responsabilité. Cela démontre une nouvelle fois que la culture, le sport, les loisirs, tout ce qui peut créer du vivre ensemble, du lien social n’est pas une priorité pour l’actuelle majorité. 

Incapable de maitriser les dépenses de fonctionnement, la masse salariale augmente malgré l’externalisation de nombreux services (nettoyage de bâtiments, tontes…) qui fait exploser l’achat de prestations de services de 200000 € pour des résultats contestables. Ce laisser-aller depuis trois ans pénalise les investissements de notre ville. Ils baissent de plus de 50 % en 2017 par rapport à 2016 pour atteindre le niveau le plus bas de 2.2 M€ en dépit de la dynamique démographique de notre ville. Les investissements dans la voirie sont négligeables. Il suffit de se promener dans la ville pour s’en rendre compte. Pour la quatrième année les investissements dans les bâtiments scolaires sont dérisoires 132400 € au mépris des effets d’annonce pour justifier l’abandon de la construction de la salle de spectacle et de cinéma. Comme l’a si bien dit le désormais ex premier adjoint lors de sa démission, la municipalité est gérée « à la petite semaine ». C’est déplorable pour notre ville. Ce budget est à l’image de cette mandature, il manque de souffle et de vision. 

Nous vous souhaitons tout de même un bel été et de bonnes vacances. Vous pouvez nous suivre et nous contacter sur notre site www.ensemble-pour-dammartin.fr

Tags: 

Quelle déception à mi-mandat !

Trois ans après son élection, vous êtes nombreux à nous interpeler et à juger très décevant le bilan à mi-mandat de monsieur Dutruge. Les motifs d’insatisfaction sont patents. L’immobilisme, le manque d’investissement dans les travaux de voirie, dans les écoles, dans l’entretien des bâtiments communaux, le laisser-aller des dépenses de fonctionnement et l’abandon définitif de la construction de la salle de spectacle et de cinéma démontrent l’incapacité du maire à gérer le développement de notre ville.

Tags: