Publication

Face au déni de démocratie, demande de convocation du Conseil municipal

Marianne de Theodore Doriot - source Wikipedia.orgLes élus de notre groupe ont été obligés de faire appel à la loi pour obtenir de la part du maire les informations qu'il n'a jamais voulu transmettre. Par courrier remis en mairie aujourd'hui nous invoquons l'ordonnance du 1er avril 2020 pour exiger la réunion du Conseil municipal dans les six jours sur l'ordre du jour que nous proposons.

Depuis le début de l'état d'urgence sanitaire l'opacité des décisions prises par le maire pose la question de la démocratie dans la commune. Alors que pendant la durée de l'état d'urgence sanitaire qui a augmenté ses pouvoirs, la loi l'oblige à tenir informés tous les élus de toutes les décisions qu'il prend, sans délai, il a fait fi de la loi et reproche aux élus de vouloir exercer leurs prérogatives dans ce communiqué. Pire, il justifie de ne rien transmettre et de ne pas informer les élus, de ne pas respecter la loi, parce que les informations transmises pourraient être utilisées de manière qui lui déplairait ! Dans ce communiqué de presse il écrit noir sur blanc : « Alors, effectivement, il n’a reçu aucune réponse de ma part, puisque je savais qu’il avait déjà eu pour partie des réponses à ses questions. Mais eu égard à l’usage que monsieur Jabut en fait, quel intérêt de lui en communiquer davantage ». Effectivement, il n'a pas respecté la loi pour tenir les élus informés des décisions prises et, comme il le dit si bien, il n'a pas non plus répondu aux nombreux courriers et interrogations que notre groupe lui a fait parvenir (voir ici).

Que fait la mairie pendant le confinement ?

Peu respectueux des élus, le maire fonctionne en cercle fermé depuis le début de la crise. Hormis un conseil municipal en février, d'une cacophonie indescriptible avec une majorité divisée alors en 4 listes concurrentes pour les élections du 15 mars, c'est silence à bord. Y a-t-il une cellule de crise ? Les élus n'en savent rien. Une politique de crise a-t-elle été définie au Centre communal d'action sociale ? Pas de nouvelles non plus. Il n'a commencé à traiter quelques dossiers qu'à la suite de notre interpellation via les réseaux sociaux le 5 avril.

Pas de réponse non plus à notre lettre du 20 avril. Ou plutôt si, une newsletter surréaliste publiée en catastrophe et à laquelle nous réagissons en saisissant le sous-préfet. Nous vous invitons à lire sur la page Facebook de la ville les commentaires des Dammartinois, qui confirment en tous point nos inquiétudes, notamment pour ce qui concerne le non-accueil des enfants des personnels soignants.

Covid-19 Lettre au Maire

Chères Dammartinoises, chers Dammartinois,

Depuis le 17 mars des mesures drastiques de confinement sont en vigueur dans notre ville pour ralentir la propagation du virus Covid-19 et sauver des vies. Si les conditions sanitaires le permettent un déconfinement progressif est prévu à partir du 11 mai tant que la population ne sera pas immunisée et que nous n’aurons pas de traitement et de vaccins. Malgré ces difficultés vous faites preuve de civisme et honneur à notre ville. Des commerces et des associations continuent de fonctionner pour le bien de tous et vous êtes nombreux à nous interpeller à propos de la gestion communale de cette crise sanitaire. C’est pourquoi nous avons tenu à vous communiquer ci-dessous notre lettre adressée au maire le 20 avril. Pour nous contacter, pour vos questions, pour vos témoignages contact@ensemble-pour-dammartin.fr.

Soyons solidaires et responsables pour vaincre tous ensemble cette pandémie. Respectons les gestes barrières et restons chez nous le plus possible pour préparer au mieux le déconfinement.

signature-amities.jpg

 

 

Stéphane Jabut

Conseiller municipal au nom du groupe Agir Ensemble Pour Notre Ville

Non à la fermeture de la 8ème classe à l'Eau Bonne

Nous vous invitons à signer cette pétition lancée par une parent d'élève de l'école de l'Eau Bonne de Dammartin contre la fermeture définitive d'une classe élémentaire annoncée lors du Comité Technique Spécial Départemental d'ajustement du 5 juin dernier. Cette décision est incompréhensible et va engendrer des classes surchargées alors que des logements vont être livrés au cours de la prochaine année scolaire.

A ce jour la balance pour la Seine-et-Marne est de 118 fermetures pour 89 ouvertures. Les 40 postes en dotation pour la Seine-et-Marne, dont 38 devraient servir pour le dédoublement des CP en REP et des CE1 en REP+ (Réseau d'Éducation Prioritaire), et le redéploiement des enseignant(e)s suite au démantèlement du dispositif « plus de maîtres que de classes » pourtant plébiscité par les équipes éducatives, ne sont pas à la hauteur des enjeux de notre département. Cette situation est inacceptable. Notre département qui représente la moitié de la superficie de la Région francilienne, souffre depuis des années d'un déficit en taux d'encadrement et les créations de postes lancées par le Gouvernement précédent ne compensent pas l'augmentation du nombre d'élèves due au fort accroissement de la population. Le rectorat de Créteil doit tenir compte des critères démographiques et sociaux pour que les enfants des villes péri-urbaines comme Dammartin ne soient pas lésés. L'égalité des territoires et la réussite de tous les enfants doivent être les priorités de l'école de la République.

Nous soutenons cette mobilisation légitime et serons présents lundi matin à 8H15 devant l'école de l'Eau Bonne aux côtés des parents, de l'équipe enseignante et des enfants. Vous êtes tous les bienvenus. Le Recteur de Créteil et l'Inspectrice d'Académie de Seine-et-Marne doivent réexaminer avec attention cette situation. C'est une question d'équité et de justice !

 

Finances : la situation est grave

Tribune publiée dans le dammartinfos de mai 2018

Notre groupe a voté contre le budget 2018. Un budget indigne d’une ville de plus de 10 000 habitants à cause du résultat de fonctionnement désastreux de 2017 (210 281 euros).

La situation est grave. Le Maire a dû être réprimandé par la sous-préfecture pour qu’il s’attaque enfin à la réduction des dépenses de fonctionnement après quatre années de laisser-aller et de gestion qualifiée « à la petite semaine » par son ancien premier Adjoint. Depuis 2014 le résultat de fonctionnement a été divisé par 6 parce que les charges à caractère général et de gestion ont augmenté de 706 575 euros (+20 %) et la masse salariale de 1 315 807 euros (+29 %). En 2013, lors de notre dernière année en responsabilité, le résultat de fonctionnement était de 1 167 025 euros !

La baisse cette année des budgets des fournitures scolaires, de la maintenance, de l’entretien des voiries, des réseaux et des bâtiments publics, de la subvention du Centre Communal d’Action Sociale et de l’aide aux associations est inacceptable.

Les investissements sont insuffisants et incohérents, et démontrent l’improvisation du Maire quant à la gestion des services municipaux. Après de nombreux déménagements le Maire et son équipe ont enfin décidé de fermer l’annexe du 103 de la rue du Général de Gaulle ouverte il y a deux ans. Cette installation inutile, que nous avions dénoncée, aura coûté au moins 400 000 euros d’argent public !

Après l’abandon de la salle de spectacle et de cinéma et de l’espace commercial, le Maire veut fermer la salle Louis-Lumière pour y installer des services municipaux alors qu’il y a d’autres solutions possibles en attendant la construction, reportée sine die par son équipe, de la nouvelle mairie prévue dans le parc de la Corbie. Nous avons demandé solennellement au Maire d’abandonner ce projet de fermer la salle Louis-lumière. Serons-nous entendus ?

Engagement et responsabilité

Tribune parue dans le Dammartinfos

Notre ville a subi début février un épisode neigeux qui a engendré de nombreuses difficultés dans les déplacements intra-muros pour les automobilistes et les piétons. La nature est plus forte que nous et la critique est facile, mais tout de même et sans démagogie, nous nous interrogeons sur le manque d’anticipation et de réactivité de la municipalité.

Vote du budget 2018

Intervention de Stéphane JABUT lors du Conseil municipal du  11 avril 2018

Monsieur le Maire, mes cher(e)s collègues,

Après le Débat d’Orientation Budgétaire du 22 mars dernier nous devons ce soir voter le budget 2018 de notre ville. Vous nous proposez une nouvelle fois monsieur le Maire de nous prononcer sur un budget primitif avec la reprise anticipée des résultats de l’année précédente sans même avoir voté le compte administratif et le compte de gestion.

Grand Paris Express : la Seine-et-Marne sacrifiée

GPE-Ligne17-250218.jpgCliquer sur l'image pour l'agrandir

Le Premier ministre Édouard Philippe et la Ministre des transports Élisabeth Borne ont présenté cette semaine le nouveau calendrier du métro automatique du Grand Paris Express. Certes l’intégralité du tracé et des gares est conservée mais nous réprouvons les nouveaux arbitrages du gouvernement. Le nouveau calendrier est inacceptable : la Seine-et-Marne est une nouvelle fois sacrifiée.

Enjeux d’avenir

Tribune publiée dans le Dammart'Infos de janvier 2018

Au moment d’écrire cette tribune, le président de la République ne s'est toujours pas exprimé sur l’avenir de la Métropole du Grand Paris et du métro automatique du Grand Paris Express.

L’État envisagerait de rattacher les quatre communes de Seine-et-Marne de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle à la Métropole du Grand Paris. C’est inacceptable ! Le Nord-Ouest Seine-et-Marnais a trop longtemps subi les nuisances de l’aéroport sans profiter des retombées économiques. Notre Communauté d’agglomération Roissy Pays de France nous permet enfin de peser dans le Grand Roissy et de bénéficier du développement économique de la plateforme aéroportuaire. Ce périmètre élargi, que le maire ne voulait pas lorsqu’il était dans l’opposition, a permis à notre ville d’obtenir en 2017 une dotation de solidarité communautaire de 428.453 euros et le financement de la moitié des travaux des façades de la mairie.

Arrachée également de haute lutte lorsque nous étions en responsabilité, la gare du Mesnil-Amelot du Grand Paris Express serait en danger pour des raisons budgétaires alors que le gouvernement vient d’accorder un prêt de 1,7 milliards d’euros au CDG Express, liaison ferroviaire directe entre l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle et Paris, qui devait être financé par le privé. C’est inacceptable !

Le périmètre de notre agglomération et la gare du Mesnil-Amelot sont des enjeux d’avenir majeurs pour notre ville. Malheureusement le maire et sa majorité sont inaudibles, inexistants, bien trop occupés par leurs tensions internes, leurs démissions et l’ouverture d’une enquête préliminaire par la brigade de gendarmerie de Meaux sur des transactions immobilières d’élus de leur équipe.

Vous pouvez compter sur mon implication et celle des élus de l’opposition pour défendre les intérêts de notre ville et de notre territoire. Je vous souhaite, avec les élus de l’opposition, mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Lettre à M. Dutruge suite à des propos indignes d'un conseiller municipal de la majorité